• Givry et son arbre de la Potence

     

    C’était un peuplier, personne ne se souvient de sa date de naissance ; mais le fait qu’il soit devenu creux témoigne de son grand âge. Il a dû en voir passer du monde au cours de sa longue existence. Il s’est fait ébrancher plusieurs fois puisqu’il était devenu un arbre à tête. Dans son branchage, quelques fois, les gamins y ont construit une cabane pour jouer en été.

    Au printemps 2007, il a décidé de ne pas sortir ses feuilles, et voilà, L’Arbre de la Potence est mort.

     

                                   

    Givry et son arbre de la Potence

     

     

    Pendant l’hiver 2017/2018, L’arbre de la Potence est tombé !!! Tout un symbole Givryard qui s'effondre. Il était chargé d'histoire, mais comment lui faire raconter tout ce qu'il a vu et entendu? Seul arbre pour les oiseaux, à une époque: dépôt de matériel pour les agriculteurs, les gamins y ont construit des cabanes, repère pour amoureux.... mais un peu près de la route

    Givry et son arbre de la Potence

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Givry et son église

     

    Givry et son église

     

    Givry et son église

    Pin It

    votre commentaire
  • LA CRECHE DE NOËL

     

    Comme chacun peut le constater, l’église de Givry, comme beaucoup d’églises de nos villages, sont maintenant peu fréquentées. Les rares prêtres officient dans les bourgs centres et les offices dans les campagnes se résument à accompagner les familles pour leurs cérémonies et pour fêter quelques événements religieux. Cette évolution de la pratique religieuse conduit quelque peu à «oublier» le clocher du village.

    Pour la préparation de la grande fête de Noël, la coutume ancestrale conduisait à installer, à l’intérieur de l’église, un grand sapin avec ses guirlandes, ses bougies et son étoile brillante à son sommet. Au pied du magnifique sapin de Noël, une crèche, chaque année renouvelée, parfois vivante, annonçait  la naissance prochaine de Jésus !

    Après la messe, chaque dimanche, les enfants se précipitaient gaiement pour admirer la crèche, mettre une petite pièce pour faire chanter Noël à l’ange de garde qui renouvelait son couplet à chaque chute de métal ! C’était un réel plaisir pour tous les enfants du village !

    Cette époque est malheureusement révolue. Plus de sapin, la crèche est peu renouvelée, peu visitée, si ce n’est une fois à l’occasion d’une veillée de Noël !

    Souhaitant innover pour s’adapter à l’évolution de la pratique religieuse, une équipe de valeureux givryards eu l’idée de réaliser une crèche extérieure. Afin de permettre à tous de se souvenir et de fêter Noël en venant admirer cette crèche publique !

    On parle d’une équipe ? Pour étudier l’idée, définir le modèle, la taille, la décoration, le lieu de présentation… il suffit de se retrouver à six ou sept autour de la table de la Mairie. Mais pour réaliser l’œuvre souhaitée par tous, c’est une autre histoire.

    Il se trouve que Givry possède parmi sa population un habitant orfèvre du bricolage et du travail minutieux. Finalement c’est lui, Daniel Waléra qui a construit  la crèche, il est vrai aidé par quelques voisins. Vous pouvez admirer cette belle réalisation installée devant l’église.

     

    Elle est construite pour durée, et l’an prochain elle se verra installée sur un autre endroit du village pour le bonheur des habitants plus éloignés de l’église ! 

     

    LA CRECHE DE NOËL de Givry

    Pin It

    2 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    1 commentaire
  • Historique

     

    L'ancienne église de Givry-sur-Aisne datait des 12e et 16e siècles, comme en témoignait une inscription située sur un des contreforts sud (1521) mais elle fut détruite lors de la Première Guerre mondiale. Jehan Le Vasseur en était le bienfaiteur, chanoine et curé de cette église ; on trouvait ses armoiries dans la chapelle des fonts baptismaux (lion, au chef chargé d'une étoile). Les travaux de la première reconstruction commencèrent en 1923 sous la direction de l'architecte Maillard et des entrepreneurs Jasmin puis R. Geoffroy, de Monthois. L'église neuve est inaugurée en 1936. L'église fut une seconde fois détruite mais partiellement en 1940 et la deuxième reconstruction intervint entre 1949 et 1955 grâce aux dommages de guerre. On consolida le clocher qui avait subsisté et un baraquement ainsi qu'un petit beffroi pour une cloche furent également construits. Le prêtre d'alors l'abbé Kandelaars s'impliqua beaucoup dans le suivi de la reconstruction et réalisa plusieurs œuvres pour l'église (sept statues, œuvres étudiées). L'architecte Yves-Marie Froidevaux (1907-1983), Architecte des Bâtiments de France depuis 1939, en fut le maître d’œuvre associé à Marc Sibertin-Blanc et N. Denayer. Adjoint à l'Inspection générale des Monuments Historiques en 1953, il mena de nombreuses restaurations civiles et religieuses dans l'après-guerre. La maçonnerie fut achevée en 1953 par l'entrepreneur Laudy de Mourmelon-le-Grand. La même année l'entreprise Veuve Ruffier et Fils réalisa les portes, les confessionnaux et le couvrement des fonts. La couverture et la zinguerie étaient terminées en 1954 (entreprise Monduit de Reims). Cette église s'inscrit dans le renouveau de l'architecture religieuse et du vitrail de l'après-guerre, avec un parti pris audacieux et une réalisation soignée. Il en est de même pour le mobilier contemporain, l'ensemble du vitrail ainsi que la grande fresque du chœur.

     

    L'église de Givry

     

    Description

     

    L'église Saint-Martin est implantée dans la partie ouest du village. Edifice à plan allongé. La nef présente trois vaisseaux de six travées séparées par de fins piliers carrés. Choeur rectangulaire à chevet plat aveugle couvert d'une fresque monumentale figurative ; les murs nord et sud sont percés de deux baies en partie haute. La tour du clocher est implantée à cheval sur la 4e travée du collatéral sud ; on y accède depuis l'intérieur par un escalier à rampe hélicoïdale en voile de béton. Sacristie adossée au mur des 3e et 4e travées du collatéral nord. Construction intégralement en structure de béton armé avec revêtement et soubassement en pierre de taille de moyen appareil à l'exception du clocher en grand appareil. Au sol, dallage de petits carreaux de terre cuite rouge et dalles de pierre calcaire pour le chemin de la nef et dans le choeur. Le vaisseau central de la nef et le choeur sont couverts de charpentes en béton armé apparentes et les collatéraux sont plafonnés. Vitrail en pâte de verre coloré qui participe de la maçonnerie dans de grandes baies verticales et horizontales ou en plein cintre comme dans l'encadrement monumental du portail d'entrée. La toiture en ardoise est à longs pans avec pignon découvert côté occidental et le clocher est couvert par une flèche carrée.

     

    L'église de Givry

     

    L'église de Givry

     

    L'église de Givry

     

    L'église de Givry

     

    L'église de Givry

     

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique